Édito de la présidente

La Fondation du Sport Français, reconnue d’utilité publique, que j’ai l’honneur de diriger est née de la volonté de 2 hommes de conviction : Henri Sérandour qui a présidé pendant 16 ans aux destinées du Mouvement Olympique, le CNOSF, et André Auberger qui a créé le Mouvement Paralympique Français. Les valeurs humanistes qui sont la force de cette société civile engagée, inspirent les lignes directrices de la Fondation.

Par  fidélité aux objectifs fondateurs, elle a reçu le nom du regretté Henri Sérandour.

Dans une société qui a traversé la crise financière et son cortège d’exclusions et d’inégalités, cette fondation à l’obligation de rappeler que le sport peut être un vecteur de citoyenneté et de solidarité et qu’il est porteur de projets sociaux modernes, innovants, tant pour la santé des français que pour une approche du traitement du handicap, et de toutes les formes d’exclusion.

Le sport est capable de rassembler, pour le bien public.

La fondation sera exigeante, comme le sont les sportifs de haut niveau qu’elle est aussi chargée d’accompagner.

Elle privilégiera les actions exemplaires, originales et reproductibles.

Construite  sur un socle très solide, avec des personnalités réputées et des équipes  convaincues, cette fondation a un statut de Fondation abritante. Elle travaillera en réseau avec tous ceux qui se sentent concernés par ses priorités, les collectivités locales, comme les entreprises et les associations.

Elle fédérera pour des actions communes et au volontariat d’autres organisations se reconnaissant dans les mêmes valeurs.

Son but est de démontrer par des projets concrets et partagés  que la culture sportive peut servir le progrès social.

Nous serions heureux que vous nous rejoigniez pour que la démonstration soit la plus efficace possible.

 

Nous vous en remercions par avance,

Edwige Avice
Présidente de la Fondation du Sport Français, Fondation Henri Sérandour
Ancien Ministre